Sport

Pleins pots

CS vitesse Lédenon (F)

19.04.2007 00:00

Un temps estival a accueilli les 66 pilotes inscrits à la traditionnelle manche pascale du championnat suisse sur route. A Lédenon, près de Nîmes, deux pilotes ont dominé les débats: Marc Wildisen chez les Superstock 1000 et le Français Kenny Foray chez les Superstock 600. Tous deux se sont imposés dans les deux manches.


Mais toute médaille a son revers. Sur ce circuit très vallonné remarquablement modernisé durant l’hiver et sous un soleil d’été, bien des pilotes ont présumé de leur forme. Et manque d’entraînement aidant, neuf d’entre eux n’ont pu aller plus loin que les essais après avoir goûté aux nouvelles zones de dégagement tracées dans la garrigue. Chef du Team TKR, Thomas Kausch s’exclamait: «Je viens ici depuis des années à Pâques, d’abord comme pilote puis comme dirigeant, mais jamais je n’ai vu une telle hécatombe dès les essais!» Cela dit avec un œil rieur et un autre humide, son protégé Christian von Gunten ayant diablement rétréci sa GSX-R 600 dans les dernières empoignades du samedi.

Superstock 1000
Dans la catégorie Superstock 1000, la victoire revient cette année encore à un coureur de ce même Team TKR. Troisième de la catégorie l’an dernier, Marc Wildisen s’imposait en effet dans les deux manches tandis que son coéquipier le Français Jean-Luc Devoyon, vainqueur de la cylindrée en 2005 puis des 600 l’année dernière, revient l’épauler dans les gros cubes et termine sur ses talons dans la deuxième manche. Quant au vainqueur des 1000 l’an dernier, Raphaël Chèvre, il a fait le choix inverse et s’aligne cette saison en 600.

Deuxième du classement général la saison dernière, Thomas Flückiger a aussi son mot à dire, d’autant que depuis le retrait de Ruedi Portmann, il est redevenu le leader du team ASR d’Adi Schwegler. A souligner également, le renouvellement du soutien officiel de l’importateur Suzuki – la maison Frankonia à Zurich – au team TKR ainsi que de l’importateur Kawasaki – la Fibag à Safenwil – au team ASR.

Parmi les prétendants, n’oublions pas l’inusable Christian Künzi, qui a troqué la Yamaha R1 de l’importateur Hostettler AG à Sursee contre une MV Agusta soutenue par Blau Power Bikes. Enfin, gardons pour la bonne bouche Jacques Schmid du Moto-Racing-Suzuki.

D’habitude très incisif à Lédenon, Devoyon doit à la surprise générale se contenter du quatrième rang des essais, derrière Künzi. Ce n’est pas la joie dans le camp TKR, où l’on incrimine le nouveau et coûteux amortisseur Öhlins-Evo spécialement préparé et qui paraît trop faible pour le pilotage en force d’un Devoyon qui doit se battre comme un beau diable pour réaliser des chronos identiques à ceux de l’année dernière.

Mais on n’a pas encore tout vu chez TKR. Au dernier tour des essais, Thomas Flückiger rafle la pole position sous le nez de Wildisen, le coéquipier de Devoyon. Flückiger: «Pourtant je n’aime pas beaucoup ce genre de circuit. Il a trop de cassures et exige beaucoup de force. Je préfère de loin les tracés aux grandes courbes très rapides…»

Panique sur la grille de départ de la première manche course de 20 tours! La GSX-R 1000 de Devoyon, pourtant équipée d’un tout nouveau moteur suite à une casse mécanique, doit être retirée à l’issue du tour de chauffe : la pompe à essence balbutie dans tous les virages.

Départ. Si c’est Flückiger qui s’élance en tête, c’est pourtant Wildisen qui prend le commandement dès les premiers virages en dépit des efforts du leader du team ASR. Derrière ce duo, on trouve à quelque distance un groupe de chasse emmené par Lorenz Sennhauser, n° 2 chez ASR, et composé de Künzi, de Schmid et de Julien «Jool» Balestra, qui est monté en 1000 cette saison tout en restant au sein du team TKR.

Après quelques tours, Sennhauser ne peut plus tenir le rythme. Balestra prend alors le commandement du groupe devant Schmid et Künzi et se lance à la poursuite de Flückiger, signant au passage le tour le plus rapide. Mais le duo de tête est déjà inatteignable: Wildisen termine avec 12 secondes d’avance sur le pilote ASR qui garde son deuxième rang. Balestra complète le podium tandis que dans les derniers tours Künzi parvient encore à passer Schmid.

Dans la deuxième manche, Devoyon est de nouveau de la partie. Et comment! Dès le départ, il s’accroche aux basques de Wildi et Flückiger partis en tête, tandis que son coéquipier Balestra précède Schmid ainsi que Künzi et sa MV-Agusta. Sennhauser s’accroche quelques tours à ce groupe avant de lâcher prise.
Pris en sandwich entre les pilotes TKR, Flückiger en voit de toutes les couleurs. Il décide alors d’attaquer et, au sixième tour, parvient à prendre la tête. Mais la riposte du trio orange ne se fait pas attendre. C’est d’abord «le sanglier» Wildisen qui porte l’estocade, puis c’est au tour de Devoyon de le passer imparablement dans un petit coin. Visiblement écœuré, le pilote ASR se fera encore bouffer tout cru par Balestra et par un Künzi remonté très fort après avoir poussé Schmid à la faute.

Sur sa lancée, Devoyon ravit la tête à Wildisen dont la roue arrière semble d’humeur capricieuse. Mais le sanglier mérite bien son surnom: il s’accroche aux basques du Français et de nombreux tours durant, il étudie ses trajectoires avant de réattaquer sur la fin. Wildisen peut ainsi fêter sa deuxième victoire de la journée, en précédant Devoyon et Balestra qui vient ainsi compléter un podium intégralement annexé par TKR.

Déçu, Flückiger confiait après la course : «Après une première moitié de course à la limite, je ne sentais plus mes mains. Ce circuit escarpé demande énormément de force dans les zones de freinage…»

Superstock 600
Dans la catégorie inférieure également, le team TKR a des cartes à jouer, notamment avec Raph Chèvre et un Christian von Gunten que Thomas Kausch est allé recruter du côté des pocket-bikes pour lui permettre une saison intermédiaire à l’ADAC-Cup 125 d’Allemagne l’an passé. Le team ASR est quant à lui également bien représenté avec Pascal Nadalet et Dominique Plüss. Ajoutons encore parmi les favoris potentiels les deux pilotes du RC-Team de Remo Brunner, Werner Dähler et Christian Rüegg.

Mais dès les essais déjà, Kenny Foray prépare le choc du week-end : au guidon de sa Triumph 675, le Français réalise un chrono de 1’26’’624, soit près d’une seconde inférieur à celui du deuxième temps, détenu par le Romand le plus incisif de la catégorie, Michel Savary. Champion en titre des 1000-cm3 et passé en 600, Raphaël Chèvre est à plus d’une seconde mais il précède cependant Rüegg, le mieux placé du RC-Team, ainsi que l’ancien pilote du championnat allemand de supersport Roman Raschle.

Au départ de la première manche, c’est cependant Savary, l’ancien n° 2 du Team Millet, qui au guidon de sa R6 se montre le plus rapide devant Chèvre, Dähler et Foray. Mais dans le deuxième tour, von Gunten touche un vibreur et chute; s’il n’a pas de mal, il provoque un tel désordre dans le peloton que la course est arrêtée. Conformément au règlement, un nouveau départ sera donné pour une course de 20 tours.

Lors de ce nouveau départ, c’est encore Savary qui se montre le plus rapide mais à la fin du premier tour, c’est Foray qui est devant. Suivent Chèvre et, déjà détaché, le duo Dähler/Rüegg. Savary pourtant n’a pas dit son dernier mot, les coudes dehors et le couteau entre les dents, il reprend l’avantage au cinquième tour. Mais Foray et sa Triumph ont mis l’épreuve sous contrôle. A mi-course, le Français décide qu’il a assez joué et s’en va vers une victoire éclatante. Savary se contente dès lors de sa deuxième place et termine en solitaire devant Chèvre.

Décidément, Savary aime les départs canon. La deuxième manche le voit à nouveau partir en tête, mais cette fois Foray le suit comme son ombre. En quelques instants, Chèvre, Dähler et Rüegg sont distancés. Derrière, von Gunten refait des siennes et, après plusieurs nouvelles cabrioles, il est sorti par le drapeau rouge au cours du septième tour.

Au même moment, Foray montre ses prétentions. Il passe un Savary impuissant et s’en va vers une deuxième victoire. Savary termine donc deuxième devant Chèvre, solitaire, et plus loin, Rüegg et Dähler. A l’addition des deux manches, le classement provisoire est identique à celui de la deuxième manche. Mais consolation pour les pilotes helvétiques, Foray l’inconnu perturbateur s’aligne dans le championnat de France et dans la GSX-R-Eurocup sous les couleurs de Suzuki. A Lédenon, il n’était là que pour s’entraîner et se faire plaisir


Résultats


1000 cm3
1re m.: 1. Marc Wildisen, Suzuki, 20t en 29:21,777; 2. Thomas Flückiger, Kawasaki à 12,007 s; 3. Julien Balestra, Suzuki, à 16,974; 4. Christian Künzi, MV Agusta, 20,654; 5. Jacques Schmid, Suzuki, 20,674; 6. Lorenz Sennhauser, Kawasaki; 7. Karl Gisler; 8. Raffael Schubiger, ts 2 Suzuki; 9. Jérôme Duvoisin, Honda; 10. Frédéric Demily (F); 11. Franz Scherrer; 12. Marcel Beglinger, ts Suzuki; 13. Stéphane Guichon; 14. Cédric Freydoz (F); 15. René Jaeck (F), ts Yamaha – T. le plus rap.: Balestra 1:27,159

2e m.: 1. Wildisen, 20 t en 29:28,072; 2. Jean-Louis Devoyon (F), Suzuki, 1,894; 3. Balestra, 5,737; 4. Künzi, 7,545; 5. Flückiger, 7,584; 6. Gisler; 7. Schmid; 8. Demily; 9. Sennhauser, 10. Schubiger; 11. Scherrer, 12. Jaeck; 13. Beglinger; 14. Guichon; 15. Gilles Marchat (F), Suzuki

T. le plus rap.: Balestra 1:27,028

CS (2/12 m.): 1. Wildisen, 50 pts; 2. Balestra, 32; 3. Flückiger, 31; 4. Künzi, 26; 5. Schmid, 20; 6. Devoyon, 20; 7. Gisler, 19; 8. Sennhauser, 17; 9. Schubiger, 14; 10. Demily, 14


600 cm3
1re m.: 1. Kenny Foray (F), Triumph, 20t en 29:23,488; 2. Michael Savary, Yamaha, à 5,030 s; 3. Raphaël Chèvre, Suzuki, 28,709; 4. Christian Rüegg, 47,134; 5. Werner Dähler, ts 2 Yamaha, 49.016; 6. Roman Raschle; 7. Remo Leemann, ts 2 Kawasaki; 8. Blaise Labarthe, Yamaha; 9. Tom Bellaire, Honda; 10. Christophe Girard, Yamaha; 11. Thibault Gilli, Yamaha; 12. Dominik Plüss, Kawasaki; 13. Patrick Heuberger, Suzuki; 14. Claude-Alain Jaggi, Triumph; 15. Christian Sennhauser – T. le plus rap.: Foray 1:26,975

2e m.: 1. Foray, 20 t en 29:26,644; 2. Savary, à 4,029 s; 3. Chèvre, 10,281; 4. Rüegg, 17,916; 5. Dähler, 23,161; 6. Raschle; 7. Bellaire; 8. Leemann; 9. Christophe Riboulet (F), Suzuki; 10. Labarthe; 11. Heuberger; 12. Gilli; 13. Jaggi; 14. Christian Von Gunten, Suzuki; 15. Pascal Nadalet, Kawasaki 

T. le plus rap.: Foray 1:26,687

CS: 1. Foray, 50 pts; 2. Savary, 40; 3. Chèvre, 32; 4. Rüegg, 26; 5. Dähler, 22; 6. Raschle, 20; 7. Leemann, 17; 8. Bellaire, 16; 9. Labarthe, 14; 10. Gilli, 9

 

««Retour